Le rôle de l’ONU dans les relations nord-sud depuis 2000

Le rôle de l’ONU dans les relations nord-sud depuis 2000

Cet article vise à évaluer l’efficacité du rôle de l’ONU dans l’évolution des relations  internationales, en montrant en quoi l’organisation doit concilier les intérêts divergents des Etats  du Nord et de la diversité du Sud, ce qui limite son efficacité.

Comment l’ONU prend-t-elle le rôle  de leader normatif depuis 2000 sur la scène politique mondiale quant aux questions de  développement dans un monde définit par les inégalités ?

La problématique est de comprendre  pourquoi le débat onusien révèle la tension inhérente à cette organisation internationale, dans la  mesure où l’organisation réunie des États aux intérêts et conditions politico-économiques fort  différentes. La pertinence de cette recherche s’illustre par l’importance que prennent les OI dans  un monde download (13)globalisé et leur rôle structurant dans les RI depuis les années 2000. Nous présenterons  d’abord les principaux éléments de ce débat, en analysant ses dynamiques et la diversité de ses acteurs, puis nous trancherons quant à l’importance des Nations Unies dans l’évolution des relations Nord-Sud sur ses enjeux principaux qui sont les questions de développement et les inégalités.

Le rôle onusien sur la scène politique internationale : centralisateur des intérêts entre Nord et Sud. 

Les relations Nord-Sud sont en constante évolution et le rôle de l’ONU évolue avec elles. Le 21ème  siècle est marqué l’émergence de pays jusqu’alors périphériques, ce qui représente un tournant dans l’histoire des relations Nord-Sud, on observe une certaine ouverture conceptuelle quant aux  revendications faites par les PED. L’heure n’est plus à l’austérité permanente et aux ajustements  structurels imposés par le FMI, suivant le consensus de Washington, comparables à «une guerre civile de l’ajustement structurel » (Thérien. 2007 : 76).

L’ONU tente de donner du souffle à ce  nouvel élan qui marque son renouveau, grâce à l’adoption de feuilles de route globales pour orienter  le développement : les objectifs du millénaire et les objectifs de développement durable (Greig. 2007 : 129 à 131). L’organisation joue le rôle d’instance fédératrice dans la conduite d’objectifs  globaux, mais ces derniers contiennent un fort côté normatif et donnent plus une direction globale  sur le long terme que de véritables impératifs. Les Nations Unies reprennent une forme de  leadership grâce au Sommet du Millénaire, qui marque symboliquement la scène diplomatique. La déclaration des OMD contient 8 objectifs de développement ambitieux, mais celui visant à réformer  le système international du commerce et des finances reste vague, ce qui limite son caractère  coercitif pour le Nord (Hulme et Wilkinson. 2014 :184).

download (14)
Siège de l’ONU à New York.

Depuis les années 2000, la mondialisation et les questions de redistribution pousse à proposer un  nouveau cadre financier international. La lutte contre la pauvreté par la redécouverte de l’aide au  développement impact fortement les politiques de l’ONU. Mais ces évolutions ont été marquées par leur incrémentalisme, reflet des difficultés à accorder des États aux intérêts divergents (Hulme  et al. 2014 : 182). Il est important de rappeler les difficultés dans le maintien d’une cohésion et  d’un consensus politique et des pressions exercées par le Nord et le Sud pour faire pencher les  décisions en leur faveur. « it is a formidable task indeed to maintain the cohesiveness of the Group »  (Sauvant. 2014 :32).

L’aide au développement et les inégalités sont des enjeux fondamentaux  structurant l’évolution des relations Nord-Sud. Comme l’ont montré les 28 états membres du haut panel d’évaluation, composé de nombreux pays du Sud et convoqué par le secrétaire général des Nations Unies : « while the HLP identifies human rights and inequality as essential issues, the  illustrative goals give little concrete attention to them » (Hulme et Wilkinson. 2014 :181). Ces  enjeux agissent comme métaphore des relations internationales et des conflits qui en découlent.

L’ONU, à la fois reflet et outil de lutte contre les inégalités.

Les intérêts Nord-Sud sont divergents et le Nord ne souhaite pas donner plus d’importance aux résolutions onusiennes dans la mesure où le Sud est numériquement plus présent pour que dans les  instances financières. Le Nord voit davantage les questions d’aide au développement, comme des  outils de politique étrangère visant à maximiser leur prospérité et sécurité. Les pays du Sud  appellent de leur vœu ce nouveau rôle et souhaitent augmenter la coopération au sein des OI telles  que l’ONU (Renzio et Seifert. 2014 :1870-1).

Si l’ONU a réussi à s’imposer au tournant des années 2000 dans la lutte contre les inégalités, elle l’a fait sur des terrains peu contraignants comme ceux  de l’enfance ou des femmes. Une part importante des pays les plus pauvres n’est pas considérée ce qui se traduit aussi par une vague de pessimisme dans le Sud (Greig et al. 2007 : 7).  download (16)Au moment de penser l’agenda du développement post 2015, les pressions du « monde en développement » rappellent la volonté de réformer la structure des échanges et d’accorder plus d’importance aux ODD, soulignant une fois encore les conflits internes dans le rôle joué par l’ONU (Hulme et Wilkinson. 2014 :187).

La puissance économique de pays comme la Chine, qui propose  une alternative au modèle néo-libéral, participe à créer un ordre nouveau dans la conduite politique  des relations Nord-Sud (Hobden. 2011 :98 à 100). La Chine acquière une plus grande  reconnaissance institutionnelle au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU (Hobden. 2011 : 103). Mais l’organisation a eu du mal à s’adapter au changement, créant un certain décalage entre ses politiques et les enjeux réels.

Finalement, le débat sur l’ONU porte sur sa capacité à concilier les intérêts divergents du Nord et du Sud. Le rôle des Nations Unies à cet effet doit être nuancé quant à son impact réel. L’ONU joue moins un rôle de puissance politique pour le développement que  « d’entrepreneur normatif », les résolutions votées par ses Etats-membres ne sont jamais coercitives et qu’il s’agit plus d’objectifs normatif à long terme. De plus, l’intérêt des États les plus puissants reste prédominant de par la structure institutionnelle  de cet appareil politique des relations internationales (Hurrell et Lees. 2013 : 113).

La question du rôle de l’ONU dans la conduite des relations internationales pose débat car l’efficacité de ses politiques peut être critiquée, le lien entre l’aide et la réduction de la pauvreté n’a par ailleurs jamais été démontrée. Il faut reconnaître un réel succès suite à l’adoption en 2000 de l’objectif de réduction de la pauvreté, tout en mettant ce résultat en perspective. Ainsi, on peut se demander si se sont véritablement les politiques de download (17)l’ONU qui ont suscité ce changement ou si les États eux-mêmes n’en sont pas les premiers responsables : si la pauvreté a chuté en passant de 47% en 1990 à 16% en 2015, c’est surtout grâce à des pays tels que la Chine et l’Inde qui se sont industrialisés massivement. Cependant, dans les PMA, la pauvreté n’a pas reculé, ce qui permet de remettre en question l’efficacité des politiques onusiennes.

Conclusion

Au terme de cette analyse, le rôle joué par l’ONU constitue toujours un débat et les enjeux inédits annoncés par le 21ème siècle risquent de remettre en question ce rôle d’arbitre neutre et centralisateur des relations internationales. L’ONU a proposé une nouvelle impulsion dans les relations Nord-Sud quant aux questions de développement, ainsi, les problèmes de pauvreté sont de plus en plus analysés en fonction des inégalités, et les questions de développement social prennent de l’importance. Les puissances émergentes constituent de nouveaux acteurs politiques, et leur diversité exacerbe les tensions dans la conduite des objectifs du millénaire. La coopération au sein de l’ONU correspond donc, de manière analogue au clivage gauche-droite, à « une lutte entre deux vision du monde » délimité par la frontière du développement (Thérien. 2001 :97).

2 réflexions sur “Le rôle de l’ONU dans les relations nord-sud depuis 2000

Laisser un commentaire