L’Agenda 21: Entre Vérités et Affabulations

L’Agenda 21, ou Agenda pour le 21ème siècle, est un plan d’action global pour le 21ème siècle. Il a été voté en 1992 par 182 chef d’États lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro au Brésil.

Élaboré dans le cadre des Nations Unies (ou ONU), il vise à réguler les collectivités territoriales, c’est à dire qu’il érige un plan séculaire de gestion des ressources et de transition vers un développement durable à l’échelle de la planète.

Plébiscité pour son image progressiste et tourné vers l’écologie et l’équité sociale, ce plan divisé en 40 chapitre est cependant de plus en plus décrié par de nombreux spécialistes.

Il paraît en effet évident que les dirigeants internationaux ont poussé aux devants de l’agenda global l’enjeu des changements climatiques. Depuis les années 1970, de nombreux scientifiques et politiciens inquiets ont mis en garde la population face aux échéances inévitables: la pollution, l’acidification des océans, la couche d’ozone

En effet, à problème global, il faut apporter une solution globale. Se pourrait-il alors que la crise écologique et climatique soit, en dépit d’un fond de vérité, la parfaite excuse pour faire accepter à la population global la standardisation de tous les systèmes, l’abaissement du niveau, la restructuration profonde du territoire et la confiscation des ressources telles que l’eau et l’air ?

Sans pouvoir trancher sur la question, il semble nécessaire de s’interroger et d’approfondir notre compréhension de ces phénomènes globaux.

Laisser un commentaire